Histoire vraie de Ernest Horn

Plus tard, sur la recommandation de Blum Pacha, je me rendis en Egypte, où j'organisai des représentations à l'opéra khédivial et dans la grande salle de l'hôtel Sheppert. Le général Griinfeld avait prétendu que je n'aurais qu'une centaine de spectateurs et fixa un prix en conséquence, mais plus de 200 spectateurs s'étant présentés, je reçus le double de la somme promise.

De là, je me rendis à Port-Saïd, ou je restai trois mois en donnant des séances les samedis et dimanches soir. Comme je ne pratiquais pas encore les langues, j'appris l'espagnol, l'anglais et le français.

J'entrepris ensuite mon grand voyage aux Indes. La traversée pour Bombay dura deux semaines. J'y fis beaucoup de connaissances et y restai six mois. Je parlerai de mes voyages dans un prochain article. De tous temps mon principe fut de ne jamais rester inactif, mais
de travailler sans relâche en vue de perfectionnements et d'acquérir constamment de nouvelles connaissances. C'est grâce à ce principe, tout orgueil à part,  que je suis arrivé à ma renommée. Le secret du succès est dans l'application, sans laquelle même le plus grand talent ne pourra arriver à aucun résultat.